Le jardin est un acte de culture :
la nature associée au travail de l\'homme permet de le définir comme espace cultivé
non seulement par la main et le corps, mais aussi par l\'esprit et le cœur.

 

JL Douillet – Président APJLR – 19 mars 2021

En ce début de printemps 2021 quelques jardins peuvent rouvrir, d’autres ne sont toujours pas autorisés à accueillir le public. Tels sont les temps d’incertitude. En bons jardiniers nous apporterons tous nos soins aux sols et aux végétaux  pour que la saison puisse se dérouler pour tous comme « autrefois » car nous avons le courage de l’espoir. La vie apportera sa réponse.

Espérons donc que lorsque les roses fleuriront, elles pourront être admirées par tous, optimisme que l’on retrouve dans les phrases ci-après, écrites par Rosa Luxembourg au fond de sa prison :

 « Il faut travailler et faire ce que l’on peut, et pour le reste, tout prendre avec légèreté et bonne humeur. On ne se rend pas la vie meilleure en étant amer. Sur ma tombe, comme dans ma vie, il n’y aura pas de phrases grandiloquentes. Sur la pierre de mon tombeau, on ne lira que deux syllabes : « tsvi-tsvi ». C’est le chant des mésanges charbonnières que j’imite si bien qu’elles accourent aussitôt. Et figurez-vous que dans ce « tsvi-tsvi » qui, jusque-là, fusait clair et fin comme une aiguille d’acier, il y a depuis quelques jours un tout petit trille, une minuscule note de poitrine. Et savez-vous, Mademoiselle Jacob, ce que cela signifie ? C’est le premier léger mouvement du printemps qui arrive. Malgré la neige, le froid et la solitude, nous croyons – les mésanges et moi – au printemps à venir ! »

(Extrait de Rosa la vie – lettres de Rosa Luxembourg  -, ouvrage qui réunit une soixantaine de lettres choisies par Anouk Grinberg, toutes écrites en prison, principalement entre 1915 et 1917 quand Rosa séjourna dans les forteresses allemandes pour sa prise de position contre la Grande Guerre. (Information prélevée sur le site de Radio-France).

Revenant à notre passion pour l’art des jardins, nous restons attentifs aux réflexions de Monique Mosser,  Historienne de l’art, de l’architecture et des jardins, (1). Dans un article intitulé « La réunion des arts est dans le jardin », elle écrit :

Dans un beau livre consacré aux « glissements» de la pensée au cours du XVIIIe siècle, Michel Le Bris – qui reprend le titre du célèbre ouvrage de Milton : Le Paradis perdu – écrit (2) : « Les jardins ne sont pas innocents, ce sont nos paysages intérieurs qui toujours s’y inscrivent, notre rapport aux hommes, au monde et à Dieu. Les querelles de jardiniers doivent être lues comme des querelle métaphysiques ». Forte affirmation qui hausse d’emblée le jardin au rang des formes supérieures de manifestations de l’activité humaine. Attitude qui contraste avec la vision réductrice qui prévaut généralement en Occident : le jardin simple lieu de promenade, où l’on croise au hasard les témoignages désuets d’une culture perdue… statues, « fabriques » englouties par une végétation livrée à elle-même.

(1)    Monique Mosser est ingénieur d’études au CNRS (Centre André Chastel, Paris) au sein de l\'ERHAM, section Histoire culturelle des jardins et du paysage, et membre honoraire depuis septembre 2012. Elle a mené parallèlement une carrière dédiée à la recherche et à l’enseignement.

(2)    Spécialiste de l’œuvre de Robert Louis Stevenson, créateur du festival Etonnants voyageurs à Saint-Malo, Michel Le Bris est mort, à l’âge de 76 ans, le 30 janvier2021. – Le paradis perdu – édition Grasset – 1981

 

En guise de conclusion, par-delà le temps et l’espace : après avoir relu le projet d’éditorial, le trésorier de notre association, Armand Wizenberg, nous a fait part d’un lien très inattendu  « Rosa Luxembourg était une amie de ma famille, du côté des parents de ma mère car ils étaient tous membres de la communauté juive libérale de Zamosc. Une curieuse ville où je suis allé deux fois. Le comte Zamoyski, qui possédait des terres immenses au 16ème siècle, n’avait pas de capitale. Il a donc fait venir un architecte italien et a construit une ville typiquement Renaissance italienne. »